Méditations

Méditation sur la montée à Jérusalem (Psaume 122/121)

« Quelle joie, quand on m’a dit :

Allons à la Maison du Seigneur !

Enfin nos pieds s’arrêtent

dans tes portes, Jérusalem !

 

Jérusalem, bâtie comme une ville

où tout ensemble fait corps,

Là où montent les tribus, les tribus du Seigneur,

Est pour Israël une raison

de rendre grâce au nom du Seigneur.

 

Car  ils sont là, les sièges du jugement,

les sièges de la maison de David.

 

Appelez la paix sur Jérusalem ;

que soient paisibles ceux qui t’aiment !

Advienne ma paix dans tes murs :

que soient paisibles tes palais !

Méditation sur la Résurrection (Is 22,22 ; Jn,10, 2 à 9, et 20, 17)

« Je mettrai la clé de la maison de David sur son épaule ; s’il ouvre, personne ne fermera ; s’il ferme, personne n’ouvrira ».

 « Celui qui entre par la porte est le berger des brebis… Il les appelle, chacune par son nom,… Il marche à leur tête et elles le suivent, car elles connaissent sa voix »…

« Je suis la Porte ; si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé ».

A Marie de Magdala qui ne le reconnait pas (à l’extérieur du tombeau), Jésus dit : « Ne me retiens pas (Nolli me tangere), car je ne suis pas encore monté vers mon Père. Va trouver mes frères et dis-leur que je monte vers mon Père qui est votre Père, vers mon Dieu qui est votre Dieu ».

Méditation sur le partage (Ac, 2, 42 à 47)

« Ils étaient assidus à l’enseignement des apôtres et à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières. La crainte gagnait tout le monde ; beaucoup de prodiges s’accomplissaient par les apôtres. Tous ceux qui étaient devenus croyants étaient unis et mettaient tout en commun. Ils vendaient leurs propriétés et leurs biens, pour en partager le prix entre tous, selon les besoins de chacun. Unanimement, ils se rendaient chaque jour au Temple ; ils rompaient le pain à domicile, prenant leur nourriture dans l’allégresse et la simplicité de cœur. Ils louaient Dieu et trouvaient un accueil favorable auprès du peuple tout entier. »

Méditation sur le secours aux autres (Mt 25, 35 à 40)

« …J’ai eu faim et vous m’avez donné à manger ; j’ai eu soif et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger et vous m’avez recueilli ; nu et vous m’avez vêtu ; malade et vous m’avez visité ; en prison et vous êtes venus à moi. Alors les justes lui répondront : « Seigneur, quand nous est-il arrivé de te voir affamé et de te nourrir, assoiffé et de te donner à boire ? Quand nous est-il arrivé de te voir étranger et de te recueillir, nu et de te vêtir ? Quand nous est-il arrivé de te voir malade ou en prison, et de venir à toi ? » Et le roi leur répondra : « En vérité, chaque fois que vous l’avez fait à un de ces plus petits qui sont mes frères, c’est à Moi que vous l’avez fait. »

Méditation sur la nécessité de renaitre de l’Esprit (Jn, 3, 3 à 7)

«Jésus répondit (à Nicodème) : « En vérité, je te le dis, à moins de renaître d’en haut, nul ne peut voir le Royaume de Dieu ». Nicodème lui dit : « Comment un homme peut-il naître s’il est vieux ? Pourrait-il entrer une seconde fois dans le sein de sa mère et renaître ? » Jésus lui répondit : « En vérité, je te le dis : nul, s’il ne nait de l’eau et de l’Esprit, ne peut entrer dans le Royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l’Esprit est esprit. Ne t’étonne pas si je t’ai dit « il vous faut naître d’en haut. Le vent souffle où il veut, et tu entends sa voix, mais tu ne sais ni d’où il vient ni où il va. Ainsi en est-il de quiconque est né de l’Esprit ».