Les reliques de St Benoit

Les Reliques de Saint Benoit au Dorat

Le grand Saint Benoit, qui a fondé l’ordre des Bénédictins au VI° s, a passé toute sa vie en Italie, mais son corps a été transféré au milieu du VII° s à l’abbaye de Fleury, qui était le premier monastère bénédictin fondé en France, près du village qui s’appelle maintenant St-Benoit sur Loire, dans le diocèse d’Orléans.

Au début de la guerre, dans la crainte d’une invasion des Allemands, Mgr Courcoux, évêque d’Orléans a  décidé de mettre en lieu sûr les reliques de St Benoit. Comme il connaissait bien Sœur Marie Bernard, qui était alors la supérieure des Sœurs de Marie Joseph, il a décidé de transférer les reliques de St Benoit au Dorat, dans le plus grand secret.

[C’est aussi chez les sœurs de Marie Joseph que Mgr Courcoux a mis en sécurité, en 1943, un jeune juif  de 17 ans qui s’appelait Jean-Marie Lustiger, devenu archevêque de Paris.]

Après deux années de recherches, les principales pièces de cette affaire ont pu étre rassemblées par Pierre de Riedmatten

Le 11 juin 1940, les reliques ont été extraites du grand reliquaire de l’abbaye, et portées d’abord à Orléans, puis emmenées aussitôt par Mgr. Courcoux lui-même jusque chez les Sœurs de Marie-Joseph.

Elles ont ainsi passé toute la guerre au Dorat, dans une cachette qui n'a pas encore été retrouvée.

A la fin de la guerre, Mgr Courcoux est revenu lui-même les chercher et les a rapportées à Orléans, puis à l’abbaye de St-Benoit sur Loire, où une cérémonie solennelle a eu lieu le 15 juillet 1945 sous la présidence du nonce apostolique, Mgr Angelo Roncali, le futur pape devenu récemment saint Jean XXIII.

Pierre de Riedmatten

communiqué du 1° novembre 2018

×